Fisheye Gallery

Lauréates de La Gacilly

Exposition passée
02.07.2018 26.08.2018

En partenariat avec le Festival Photo La Gacilly, la Fisheye Gallery expose cet été à la galerie Le Magasin de Jouets les trois jeunes lauréates de l’édition 2018, qui avait pour thème « Empreinte(s) ». Trois jeunes talents à découvrir à la Fisheye Gallery à Arles, et durant le Festival Photo La Gacilly (Bretagne, 56) jusqu’au 30 septembre 2018.

LE CHANT DU CYGNE

par Andrea Mantovani 

Andrea Mantovani nous fait découvrir, avec son travail intitulé Le Chant du cygne, la forêt de Bialowieza en Pologne, l’une des plus anciennes forêts naturelles d’Europe. C’est un lieu coupé du temps, où les préoccupations du monde moderne semblaient absentes, jusqu’à ce qu’il devienne, au début de l’année 2016, le théâtre du plus important conflit environnemental en Europe. En immersion de septembre 2017 à février 2018, Andrea Mantovani est allée à la rencontre des habitants pour comprendre leur rapport à cette forêt et au monde de demain.

FIN DE JOURNÉE

par Laetitia Vançon 

Laetitia Vançon s’est inspirée, dans le cadre de son exposition intitulée Fin de journée, du roman The Stornoway Way de Kevin MacNeil pour se rendre en Écosse dans les îles Hébrides. Durant plus de deux ans, elle y a documenté la vie des jeunes de l’archipel des Hébrides extérieures, à l’extrémité nord-ouest de l’Écosse. Elle y observe un contraste saisissant, entre les paysages de carte postale à la nature sauvage préservée, et les enjeux de l’insularité pour les habitants. Comment se construire et se projeter sur ce territoire malgré une tradition pesante et une économie en déclin et aux perspectives limitées ?

NOUVELLES FRONTIÈRES

par Joséphine Brueder

Joséphine Brueder traverse six États de l’ouest des États-Unis. Sillonnant ces vastes étendues, la photographe développe une image documentaire qui interroge le lien entre l’homme et l’espace. Ses photos ne dénoncent pas, mais soulèvent de nombreuses questions sur l’habitat, le rapport au temps, l’intime… Joséphine Brueder nous fait ainsi voyager dans des endroits « où tout est plus grand, plus coloré, plus exagéré »…

SCROLL