Fisheye Gallery

Christine Spengler

À propos

Christine Spengler (Vichy 1945), est une photographe française élevée à Madrid suite au divorce de ses parents. Dès l’âge de sept ans sa Tante Marcèle l’emmène deux fois par semaines au musée du Prado, son oncle Louis à la corrida.  Plus tard, elle étudie la littérature au lycée français pour devenir écrivain.
En 1970, elle découvre sa vocation de correspondante de guerre lors d’un voyage au Tchad avec son jeune frère Eric. Elle décide alors d’apprendre son métier sur le terrain « pour devenir correspondante de guerre et témoigner des causes justes ». Armée de son seul Nikon et d’un objectif grand angle 28 mm, elle témoignera pendant des années en noir et blanc du deuil du monde sur tout les terrains de guerre : Irlande du Nord (1972), Vietnam (1973), Cambodge (1975), Sahara occidental (1976), Iran (1979), Nicaragua (1981), Salvador (1981), Liban (1982), Afghanistan (1997), Irak (2003)…

Ses photos dramatiques, dénuées de sensationnalisme feront le tour du monde et seront publiées dans les plus grands magazines. Sa condition de femme, brune de surcroît, lui permit de cacher son appareil photo sous son voile, et de prendre des clichés interdits aux hommes dans l’Iran de Khomeiny (1979), dans l’Afghanistan des talibans (1997).

En 1998, Christine Spengler reçoit le prix Scam. En 2002, elle est nommée « Femme de l’année » à Bruxelles. En 2009 elle reçoit de la légion d’honneur : « Je félicite la combattante qui a toujours su voir et photographier l’espoir au milieu des ruines », dit d’elle le ministre de la culture M. Renaud Donnedieu de Vabres.

A chaque retour de reportage, pour exorciser la douleur des guerres elle réalise des photomontages baroques et colorés inspirés par le musée du Prado et par sa mère Huguette Spengler l’artiste surréaliste.

Christine Spengler qui vit entre Paris et Madrid continue de travailler, ses photographies sont exposées dans de grands musées : le musée de l’Elysée de Lausanne en 1983, la MEP (Maison Européenne de la Photographie) en 2016, le musée de la photographie Charles Nègres à Nice en 2019 et le Musée de la Libération de Paris en 2022.